Pierre Cardo, solide comme un roc

Pierre Cardo, solide comme un roc

Il l’avait annoncé l’hiver dernier ; c’est désormais chose faite. Après 35 ans de vie politique, Pierre Cardo prend sa retraite. Maire de Chanteloup-les-Vignes de 1983 à 2006, conseiller général de 1985 à 2001, député des Yvelines de 1993 à 2010, Président de la communauté d’agglomération des Deux Rives de Seine de 2009 à 2012, celui que l’on surnomme « l’abbé Pierre des banlieues » a contribué, comme peu d’autres, à façonner notre territoire. Rien pourtant ne le prédestinait à assumer des fonctions électives.
« Je n’ai jamais eu l’ambition de faire de la politique concède-t-il. Je n’ai fait ni Sciences-Po, ni l’ENA, mais des études gestion à l’IUT d’Angers. C’est le terrain et peut-être un certain sens des responsabilités qui m’a amené à vivre cette vie ». 

Petit retour en arrière : Pierre Cardo a 25 ans quand il débarque de sa Gironde natale. Récemment embauché par l’usine Chrysler (aujourd’hui PSA Peugeot Citroën) de Poissy, il s’installe avec femme et enfant dans le quartier de la Noé, récemment construit à Chanteloup-les-Vignes. Immédiatement intrigué par cette cité hétéroclite, complexe et inachevée (à l’époque, la Noé ne dispose ni d'équipements, ni de commerces, ni de transports), il décide de s’investir dans le milieu associatif, principalement à l’AVEC (Association pour la Vie Educative et Culturelle). Très vite, l’homme à l’écharpe blanche devient une figure de la vie locale. 

En 1983, les élections municipales de Chanteloup-les-Vignes se préparent dans un contexte tendu. Depuis 8 ans, la commune, réputée pour être totalement ingérable, a connu 5 maires différents. Persuadés que Pierre Cardo est l’homme de la situation, ses amis le poussent à se déclarer candidat, contre son gré. « Mes connaissances de gauche comme mes connaissances de droite ne me parlaient que de ça se souvient-il. J’avais beau leur expliquer que je ne connaissais rien à la mairie, que la situation était extrêmement compliquée à Chanteloup, rien n’y faisait. J’ai fini par me rendre… ». 

A peine élu, le jeune maire décide de prendre le taureau par les cornes. Comme il le dit lui-même : « quand on me donne une mission, mon seul objectif est de la faire aboutir ». Malgré la tutelle de l’Etat, malgré le délabrement croissant de la cité, malgré l’explosion de la délinquance et de la pauvreté, il déploie une énergie hors du commun pour défendre sa ville et ses habitants. Pour mener à bien sa « mission », il invente une nouvelle façon de faire la politique, plus simple, plus directe, plus humaine. Selon lui, « la politique se résume à peu de choses. Ce n’est pas faire pour les gens, ce n’est pas faire contre les gens, ce n’est pas non plus les laisser faire, c’est faire avec eux, tels qu’ils sont, sans vouloir les changer à tout prix ». 

En restant fidèle à ses valeurs d'indépendance, d’ouverture et de rigueur, Pierre Cardo a réussi à construire, tout au long de sa vie politique, une véritable vision pour nos villes de banlieues. Il a également laissé son empreinte dans d’autres domaines, où, a priori, on l’attendait moins. A l'Arafer (Autorité de régulation des activités ferroviaires), qu'il a présidée pendant 6 ans, sa contribution à été unanimement saluée. Ce dont l'intéressé se félicite : « en arrivant à la tête de l'Arafer, je ne connaissais rien aux chemins de fer. Pourtant, j'ai réussi à donner cette institution les moyens de réaliser ses ambitions. Je suis fier d’avoir mis en place une équipe solide capable de gérer tous les dossiers qui la concernent, fier aussi d’avoir imposé l’image d’une autorité respectée et respectable ». Même s’il réussit tout ce qu’il touche, l’ancien maire de Chanteloup-les-Vignes a décidé de tourner la page de sa vie d’élu. Toujours aussi énergique qu’il y a 35 ans, il va désormais se consacrer pleinement à ses deux passions : la musique et la minéralogie. « Cela fait plusieurs années que je joue de l’harmonica ; je répète avec deux orchestres différents et nous avons quelques concerts en préparation. A côté de ça, je reste fidèle à ma passion pour les pierres, qui fait partie de ma vie depuis plus de 50 ans. Je viens d’ouvrir un magasin de minéraux et un atelier à la Grande-Motte. Mon objectif est de faire découvrir cette discipline aux gamins pour qu’ils regardent la nature différemment ». 

La politique restera toutefois présente dans sa vie. Révolté par les tensions à l’oeuvre dans notre pays mais aussi par la faiblesse du débat pré-présidentiel, Pierre Cardo souhaite mettre son expérience au service de la raison : « J’ai décidé que je ne voulais plus de mandat mais cela ne m’empêche pas de continuer à intervenir pour donner quelques conseils, notamment dans le cadre de la Présidentielle. Je veux que ce pays retrouve une certaine dignité, un certain équilibre. Une paix sociale si possible… Je n’ai pas passé ma vie à faire en sorte que des gens différents vivent ensemble pour voir le pays se déchirer comme il se déchire actuellement. A mon sens, les Français ont besoin de dirigeants qui ont une vision... et non pas des visions ». 

 

Repères : 

Quelques dates 

  • 1983 - 2009 : maire de Chanteloup-les-Vignes
  • 1985 - 2001 : conseiller général des Yvelines
  • 1992 - 1994 : vice-président du conseil général des Yvelines
  • 1993 - 2010 : député de la 7e circonscription des Yvelines
  • 2009 - 2012 : Président de la CA2RS
  • 2010 - 2016 : Président de l’Arafer

Hôtel de Ville

37 rue du général Leclerc
78570 Chanteloup-les-Vignes
Tél. 01 34 01 10 50
Punaise carte interactivePlan interactif  

Horaires d'ouverture au public : 
Lundi de 9h à 12h et de 14h à 17h
Mardi et vendredi de 9h à 12h
Mercredi de 9h à 12h et de 14h à 18h
Jeudi de 14h à 17h