Jean-Baptiste Tur, la robotique au service de l’innovation

Lauréat du Prix de l’Entrepreneur 2020 (catégorie prix de l’entreprise remarquable du territoire) décerné par la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise, Jean Baptiste Tur nous a ouvert les portes de son entreprise Robocol. Située dans l’Écoparc des Cettons, cette structure chantelouvaise fait ses preuves depuis plusieurs années dans le domaine de la robotique, un secteur méconnu en France. Rencontre.

Infoloup : Comment est née l’entreprise Robocol ?

Jean-Baptiste Tur : De manière très simple. Avant de créer Robocol, je travaillais pour une entreprise américaine qui officiait dans le même domaine. Puis du jour au lendemain, les employés ont été licenciés. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de monter mon entreprise afin de rebondir. J’ai alors réalisé mon rêve d’enfant en devenant mon propre patron.

I. : Le passage d’employé à patron a-t-il été compliqué à gérer ?

J-B. T. : Non, en tout cas, je n’ai pas ressenti ce sentiment de difficulté. Il suffit de bien se renseigner et de bien s’entourer. Il existe des aides gouvernementales pour aider toutes celles et ceux voulant se lancer. à aucun moment je n’ai eu l’impression d’être face à un parcours du combattant.

I. : Quand êtes-vous arrivés à Chanteloup-les-Vignes ?

J-B. T. : Nous sommes arrivés à Chanteloup-les-Vignes aux Cettons en 2010. J’ai fait l’acquisition de locaux neufs et j’y ai implanté l’entreprise. Nous y avons pris nos marques et depuis tout se passe bien. En plus, l’ensemble des employés habite à proximité, ce qui est un avantage non négligeable pour une petite entreprise de six salariés.

I. : Que propose Robocol ?

J-B. T. : Nous sommes spécialisés dans le dosage, la mise en œuvre de produits liquides ou pâteux et la robotique industrielle, des domaines de niche qui font de nous une référence dans le secteur. Les clients peuvent nous joindre sur notre site web mais ils viennent également grâce au bouche-à-oreille. De notre côté, nous n’hésitons pas à faire du démarchage téléphonique afin de connaître les besoins en application et en robotique des usines et être au plus près des demandes.

I. : Par quelles étapes êtes-vous passé afin d’obtenir le prix de l’entreprise remarquable du territoire ?

J-B. T. : Les équipes de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise nous ont contacté avant de venir nous voir directement sur place. Ils ont été très enthousiastes et ont trouvé le Cobot (voir encadré), robot avec lequel nous avons concouru, « remarquable ». Suite à notre inscription, nous avons passé plusieurs auditions avant de faire partie des projets retenus. Enfin, lors de la remise de prix, nous avons eu l’honneur d’être désignés « entreprise remarquable du territoire ».

I. : Avec ce prix, quelles ambitions portez-vous pour votre entreprise ?

J-B. T. : Cela va lancer les prémices d’un futur projet articulé autour d’une nouvelle société indépendante de Robocol. L’objectif est de créer une usine de fabrication de robots « made in France ».

I : D’ailleurs, comment jugez-vous notre pays sur le plan robotique ?

J-B. T. : Nous sommes très en retard ! Pour un robot vendu en France, deux sont vendus en Italie et trois en Allemagne. Au niveau européen, la différence est encore plus grande. Pour un robot vendu chez nous, dix le sont aux États-Unis et cent en Asie ! Or, notre capacité de production nationale dépend en grande partie de notre niveau de robotisation. Le robot est finalement notre meilleur moyen d’éviter les délocalisations et de rester compétitifs.

I : L’humain et le robot sont-ils faits pour s’entendre ?

J-B. T. : Bien sûr ! Le robot qui remplacerait l’être humain est une légende urbaine. Nous en avons installé dans près de 1 000 entreprises et je n’en connais pas une seule qui s’est séparée d’un employé pour le substituer à un robot. Ceux que nous produisons sont conçus pour réaliser des tâches difficiles, dangereuses pour l’homme ou impossibles à réaliser à la main. Sachez qu’il n’y a pas de robot sans être humain. Pour le programmer, il faut bien une personne. D’ailleurs tous celles et ceux voulant découvrir notre activité sont les bienvenus, notre porte est ouverte !

Le Cobot, un robot au service de l’être humain
Le Cobot de Robocol est un robot favorisant la collaboration homme-robot. High-tech et innovant, il se présente sous la forme d’un bras robotisé et articulé avec des fonctionnalités comparables à celle d’un être humain. Grâce à ce produit, l’entreprise a remporté une dotation s’élevant à 9 000 euros. Pour en savoir plus sur le Cobot de Robocol, rendez-vous sur gpseo.fr. 

 

Hôtel de Ville

37 rue du général Leclerc
78570 Chanteloup-les-Vignes
Tél. 01 34 01 10 50
Punaise carte interactivePlan interactif  

Horaires d'ouverture au public : 
Lundi de 9h à 12h et de 14h à 17h
Mardi et vendredi de 9h à 12h
Mercredi de 9h à 12h et de 14h à 18h
Jeudi de 14h à 17h